Aller au contenu

Non à la chasse dans la réserve naturelle des Hauts plateaux du Vercors

Stop chasse réserver naturelle vercors

Contexte

En 1990 le Conseil départemental de l’Isère (CDI) a acheté 4000 hectares sur les communes de Gresse et de Chichilianne (38) sur les hauts plateaux du Vercors au centre de la plus grande réserve naturelle nationale de France continentale (17 030 ha). Compte tenu des diverses infractions à la pratique de la chasse sur ce terrain le Conseil départemental a fermé la chasse sur ce terrain en 1992.

Le 31 mai 21 le Conseil départemental a fait adopter une délibération discrète ouvrant la chasse sur ce terrain en accordant sa gestion à une association dénommée Amicale des agents du département chasseurs de l’Isère ouverte uniquement à des fonctionnaires du département chasseurs ainsi qu’à des élus et invités. On remarquera que selon les statuts de cette association officiellement déclarée le 19 juin 21 le président du CDI est seul juge pour les adhésions à cette association. Plusieurs associations dont la Fédération des amis et usagers du Parc Naturel Régional du Vercors du Vercors (PNRV), la LPO aura, FNE38, Vercors Nature, L’ASPAS protestent contre cette décision qui met devant le fait accompli le PNRV qui gère la réserve naturelle.

Une dizaines d’élus du CDI dénoncent cette procédure qui s’apparente à une chasse présidentielle

Le Conseil National de protection de la Nature (CNPN) a interpellé les autorités du ministère de la transition écologique sur ce sujet. Ce territoire est classé Espace Naturel Sensible, RNN, Zone Natura 2000, ZICO et ZNIEFF. L’argument du Vice- président du Conseil départemental Fabien Mulyk, chasseur, qui est à l’origine du problème serait que les cerfs et les sangliers feraient des dégâts dans la forêt du site. Or il n’y a pas d’exploitation forestière sur ce site depuis son achat, des loups se reproduisent sur ce territoire et le conseil scientifique de la réserve a toujours demandé une étude préalable (Evaluation des populations de cerfs, constat de dégâts et nécessité d’intervention humaine plutôt que laisser la libre évolution) En effet les scientifiques constatent que l’ensemble de la réserve naturelle se boise et que les espèces des espaces ouverts périclitent. Dans ce sens les dégâts de cerfs sont bienvenus

L’Amicale des agents du département chasseurs de l’Isère envisage de demander la modification du règlement actuel de la réserve naturelle pour permettre l’accès de véhicules 4X4 au-delà des pistes et parkings autorisés et permettre l’usage de chiens de chasse

Dans le cadre de la zone Natura 2000 se pose la question d’une mise à jour de l’étude d’incidence qui prend en compte l’activité de chasse sur ce territoire de 4 000 hectares sur les 17 030 hectares de la RNN, territoire qui jusqu’à présent était une zone réservoir de biodiversité. Les dérangements liés à cette activité seront source de perturbation pour l’ensemble de la faune.

Conclusion

Sans rentrer dans les polémiques politiques d’une procédure illégale prise sans concertation sérieuse un collectif d’associations (FAUP, FNE 38, FRAPNA Drome Nature et environnement, Vercors Nature, Aspas, 1000 traces) a lancé une pétition nationale le 27 novembre et a obtenu plus de 51 000 signatures en moins d’une semaine.

Crédit photo : ecologienoblet.fr

1 commentaire pour “Non à la chasse dans la réserve naturelle des Hauts plateaux du Vercors”

  1. MERMOUX Philippe

    Préservons la biodiversité. La flore et la faune souffrent. Il faut arrêter les privilèges et les privilégiés qui détruisent ces ressources environnementales.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *